Communiqué de presse

Le Cnam s’engage pour les migrants

11 février 2016

Le 10 février, Olivier Faron, administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), et Ayyam Sureau, directrice de l'association Pierre Claver, signent une convention en faveur de l’accompagnement et de l'orientation professionnelle des réfugiés du Proche-Orient. Cette convention formalise l’accueil au sein du Cnam de personnes ayant le statut de réfugié, inscrites aux cours de français et d'apprentissage de la culture française dispensés par l’association Pierre Claver.
Par cette convention, le Cnam s’engage à :
  • recevoir ces personnes afin de leur donner une information exhaustive sur son offre de formation et de services ;
  • les accompagner et les suivre dans l’élaboration de leur projet professionnel, personnel et de formation ;
  • envisager avec elles la faisabilité d’un projet de formation au Cnam, en tenant compte de leurs acquis antérieurs ;
  • les accompagner et les suivre dans leurs parcours de formation. 

De son côté, l’association Pierre Claver s’engage à :
  • diffuser l’information sur l’offre de formation du Cnam auprès de ses publics ;
  • financer l’accompagnement de ses publics et/ou les formations suivies par les personnes accompagnées.
Depuis le mois d’octobre, douze réfugiés de l’association Pierre Claver sont déjà inscrits dans des formations qualifiantes en informatique, en ressources humaines, en droit ou sur une certification en entreprenariat du Cnam. Avec cette convention, les deux parties entendent généraliser ce dispositif pour le proposer aux élèves inscrits auprès de l’association qui souhaitent se faire accompagner dans l’élaboration d’un projet professionnel et de formation individualisé.


Un contexte global : le projet « Un métier pour les migrants »



En septembre 2015, le président de la République lançait un appel à la solidarité nationale en faveur de l’accueil de 31 000 réfugiés en provenance du Proche Orient.
L’administrateur général du Cnam a souhaité prendre une part significative à cet élan de solidarité nationale en initiant une mission pour définir les modalités de mise en œuvre d’un accompagnement professionnel des réfugiés, s’appuyant sur l’offre de services et de formation existant sur l’ensemble du réseau Cnam.
Dès novembre 2015, le conseil d'administration de l’établissement se prononçait à l’unanimité pour l'exonération des droits d'inscription de base, versés annuellement, pour les publics ayant le statut de réfugiés, ouvrant ainsi la voie à un ensemble d’actions traçant les grandes lignes du projet « Un métier pour les migrants ».
Le Cnam a ainsi entamé, à Paris, une collaboration avec l'association France Terre d'Asile en accueillant dans ses locaux les cours de français dispensés par l’association dans le cadre du dispositif européen CAP’Intégration (CAPI).
À Lyon, c’est avec l’association Forum Réfugiés Cosi qu’un travail collaboratif a été entamé depuis plusieurs mois pour organiser une meilleure prise en compte des publics réfugiés et ainsi mieux les accompagner dans leur insertion socio-professionnelle.
Selon la même logique, la mise en place, dès février, de cours de langue et de culture arabe au Cnam participe d’une meilleure compréhension de ces publics particuliers.
Enfin, en 2017, une sélection de Massive open online courses (Mooc), produits par le Cnam, sera disponible en langue arabe.


La force d'un réseau pour l'accueil de ces publics en tout point du territoire



Le réseau s’investit également dans ce projet, puisque les 30 centres du Cnam en région, s'appuyant sur la charte qualité Accueil, information, orientation, accompagnement (AIOA), proposent un accueil individualisé et personnalisé, allant de l'information et de l'orientation professionnelle à l'élaboration de bilans professionnels. Des référents ont ainsi été nommés pour répondre aux demandes d'orientation professionnelle, avec l’aide d’équipes de professionnels de l'accueil et du conseil, mais aussi de personnels et enseignants retraités et d’auditeurs du Cnam.
De plus, dans de nombreuses régions, des rapprochements avec des organismes liés à la formation et à l'emploi (Afpa, Apec, Garf…) permettent d'envisager des complémentarités en termes d'offre de services et de moyens pour l'accueil et l'accompagnement de ces publics spécifiques.
Dans cette perspective, le Cnam apparaît comme un acteur de premier plan pour l'identification des compétences et de l’adéquation entre formation et emploi, selon les particularités de chaque territoire, pour favoriser une insertion professionnelle effective, une fois le premier temps d’accueil réalisé par une structure spécialisée.