Métiers du spatial : le Cnam signataire d’un projet de transition active entre formation et monde professionnel

le Cnam signataire d’un projet de transition active entre formation et monde professionnel dans les métiers du spatial

11 juillet 2017

Le 21 juin 2017, lors du 53ème Salon international de l’aéronautique et du spatial du Bourget, l’ensemble des membres du groupement Eurospace, association européenne des industriels du spatial (Airbus Defence & Space, Arianegroup, Avio, OHB, RUAG Space, Telespazio, Thales Alenia Space) ont signé un accord de coopération avec un ensemble d’institutions et d’établissements européens de formation technique.

Parmi ces derniers, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) et l’Université de Montpellier représentent les institutions de formation françaises au sein de cet accord, qui engage également l’École polytechnique fédérale de Lausanne, l’Institut royal de technologie (KTH) de Stockholm, l’Université La Sapienza de Rome, l’Université polytechnique de Madrid et l’institut Von Karman de Bruxelles.

Le Conseil des Parties, dont Francesco Grasso fait partie en tant que représentant du Cnam, est chargé de la mise en œuvre de l’accord, qui a pour objectif de mettre en place un partenariat éducatif pour organiser et structurer la transition de la formation au monde professionnel.

Pour ce faire, différents appels à projets, financés par les industriels, seront lancés. Chaque projet prévoie la constitution d’une équipe international (« Advanced Student Team Research in Space Industry », ASTRI) incluant au minimum cinq étudiants provenant de trois universités signataires. Sur une période de dix-huit mois cette équipe travaillera sur une problématique technique prioritaire, liée à l’évolution du secteur et identifiée par un des partenaires industriels. Les six premiers mois pourront être intégrés aux recherches et travaux menés dans le cadre d’un mémoire de fin d’étude. Les douze mois suivants seront réservés à la recherche de solutions pratiques. Pendant cette dernière période, les élèves seront directement intégrés aux équipes industrielles.

Ce programme, dont le premier cycle sera lancé au tout début 2018, donnera accès à un certificat reconnu par les acteurs parties prenantes à l’accord, le Distinguished Certificate of Excellence and Experience.

Cet accord prévoit une première phase d’évaluation couvrant quatre années académiques, jusqu’en 2020-2021. Au terme de chaque année académique, de nouveaux acteurs industriels et éducatifs seront admis à intégrer cet accord pour en renforcer l’impact.